Une nouvelle nomination MVP Bing Maps pour Nicolas Boonaert.

Suite à la nouvelle nomination MVP Bing Maps de Nicolas Boonaert, nous avons échangé avec lui à propos de son parcours au sein de Wygwam.

Selon toi pourquoi as-tu eu cette nouvelle nomination ?

La nomination MVP est attribuée à des leaders techniques et communautaires et récompense les contributions effectuées durant l’année. Dans ce cadre, j’ai reçu cette nomination sur le produit et la plateforme Bing Maps for Enterprise sur lesquels j’apporte au quotidien des conseils, des exemples d’implémentations et même partage des codes sources d’application à travers des projets tout au long de l’année. En plus de cela, je suis intervenu à travers plusieurs événements techniques que ce soit en tant que référent ou en tant que speaker, permettant ainsi aux clients de bénéficier de réponses concrètes et pratiques sur mon sujet de prédilection.

Qu’est-ce qui t’as encouragé dans cette démarche ?

Pour la troisième année consécutive, j’ai partagé mes connaissances et communiqué sur la plateforme et j’ai naturellement été encouragé en premier lieu par Wygwam qui me permet d’accorder du temps à ma veille technologique mais également de partager mes connaissances avec l’ensemble des utilisateurs, clients ou développeurs communautaires.

Microsoft m’encourage également en m’invitant régulièrement sur des événements en tant que speaker et en s’appuyant aussi sur Wygwam comme partenaire V-TSP opérant sur le support technique avant et après-vente sur l’ensemble de la plateforme de cartographie de Microsoft. Ce partenariat renforce la connaissance de notre équipe et notre position d’expert sur cette plateforme. Il permet aussi de partager nos connaissances sur la plateforme avec encore plus de personnes et en ce point, et même si cette activité sort du cadre des contributions MVP, elle rejoint la volonté communautaire des experts de Wygwam.

Pourquoi souhaites-tu partager tes connaissances et comment t’y prends-tu ?

Il est important de comprendre que ma spécialité dépasse la plateforme Bing Maps for Enterprise de Microsoft et qu’elle est liée à la volonté de partager cette réflexion spatiale afin de rapprocher le monde virtuel et logiciel du monde réel que l’on peut présenter sous formes de cartes et exploiter sous formes d’informations spatiales.Je partage mes connaissances à travers mon blog, à travers les événements et à travers toutes les rencontres que je fais bien souvent au-delà des événements techniques afin d’apporter une approche technique et concrète à des problèmes de la vie commune que l’on souhaite digitaliser.

Quelles sont tes relations avec Microsoft et les autres MVP ?

Avec Microsoft, nous sommes partenaires depuis de nombreuses années et nous assurons à ce titre, chez Wygwam, le support V-TSP pour la France, la Suisse et la Belgique.

J’ai nécessairement une relation particulière avec les autres MVP Bing Maps Development puisque l’on se connait depuis des années et que l’on s’aide régulièrement avec un esprit de camaraderie que j’apprécie !J’apprécie également les autres MVP francophones avec qui j’échange souvent et qui sont tous spécialistes sur leurs propres technologies, une force très appréciée au quotidien.

Que t’a apporté ton titre depuis ces 3 dernières années ? Pour l’avenir ?

Le titre de MVP m’a permis de rencontrer et sympathiser avec l’équipe responsable de la plateforme que ce soit en France, en Europe ou directement aux Etats-Unis chez Microsoft Corp où nous sommes invités chaque année, à Seattle lors de l’événement MVP Summit. 

Ces trois dernières années m’ont aussi permis de rencontrer de nombreux autres experts des technologies Microsoft, MVP ou non, ainsi que d’autres spécialistes des technologiques liées à la cartographie et à l’aspect local.
 
Pour l’avenir, je continue de vouloir partager et accompagner les personnes qui rencontrent des difficultés techniques et ce titre MVP m’aide dans cette démarche en obtenant des informations en avance de phase et en me permettant d’échanger avec mes quelques camarades mondiaux sur le sujet.

A quelles difficultés as-tu dû faire face ?

La distance et la barrière de la langue peuventt gêner dans les échanges avec les équipes Europe ou US de Microsoft ainsi qu’avec les autres MVP Bing Maps. Fort heureusement, ils ont su faire preuve de patience et j’ai pu également m’améliorer et nous échangeons désormais sans aucun souci.D’autres difficultés dans ce quotidien communautaire sont liées au temps nécessaire pour effectuer cette veille technologique sur un marché et des technologies qui évoluent sans cesse. Se tenir au courant, qualifier et tester les nouveautés, analyser et décrypter en détail les aspects techniques des solutions demandent beaucoup de temps et d’investissement bien souvent en dehors du temps de travail. C’est avant tout un effort personnel et permanent sur lequel il est parfois difficile d’en voir la finalité. Il faut trouver le bon équilibre pour répondre à ses impératifs personnels et réussir à conserver cette envie de contribuer à différents niveaux au sein de cet environnement technologique.

Si tu devais choisir un seul souvenir depuis que tu es MVP ?

Le souvenir de la première nomination me donne toujours le sourire puisqu’elle récompensait une année intense entre les contributions communautaires, l’écriture du livre et les projets professionnels, j’en étais et en reste très fier.Mais le meilleur souvenir pour ma part, c’est la rencontre avec les autres MVP Bing Maps avec qui j’échange depuis 7 ans pour certains et avec qui lors de mon premier MVP Summit nous sommes allés visiter Seattle, ses environs et une visite unique, que je recommande à tous les touristes de Seattle, celle de la fabrique d’avion Boeing non loin de la ville. Un moment génial où nous avons pu nous connaître et qui m’a permis d’apprécier ces personnes au-delà de l’expertise.

Si tu avais des conseils à donner à ceux qui souhaitent devenir MVP ?

Les conseils que je donne résident généralement dans le fait de partager ses connaissances avec la plus grande rigueur possible pour fournir des informations de qualité qui pourront vraiment apporter aux autres, ne jamais hésiter à partager quelque soit le niveau car cela peut toujours aider une personne et faciliter sa compréhension.Il faut aussi réussir à se canaliser pour ne pas trop vite se décourage. Les contributions communautaires sont avant tout une affaire de durée. Il faut savoir s’accorder des moments « off », sans ces problématiques pour pouvoir revenir en forme et avec une réelle envie.
 
Enfin ne pas hésiter à se rendre sur des événements et discuter avec d’autres personnes, techniques ou non. Ces échanges sont la clé de la volonté et de l’utilité du partage. Un seul mot : « Partagez ! ».
 
 
Publié le jeudi 19 juillet 2012 Par Grégoire Malvoisin